Le FFDH 2005 - 2016

Lancé le 25 janvier 2016, le 10e appel à propositions du FFDH était consacré à la lutte contre la peine de mort :
Les projets devaient porter sur l’une des approches suivantes :  
  • Approche 1 - Favoriser l’abolition de la peine de mort pour tous les crimes dans les textes législatifs nationaux.
Mener des activités de plaidoyer et de sensibilisation auprès des acteurs clés en faveur de l’abolition (hommes politiques, parlementaires, universitaires, professionnels du droit, chefs religieux et spirituels, journalistes  etc.) afin de modifier la législation nationale ; promouvoir la mise en œuvre d'un moratoire officiel sur toutes les exécutions ; sensibiliser l’opinion publique et faire évoluer les mentalités sur la peine de mort par l’organisation d’événements, conférences etc. ; accompagner et encourager les acteurs engagés dans la cause abolitionniste dans leurs actions visant à promouvoir l’abolition de la peine de mort.
  • Approche 2 - Favoriser la ratification du 2e protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (OP2), visant à abolir la peine de mort.
Mener des activités de plaidoyer et de sensibilisation auprès des autorités sur l’utilité de la ratification de l’OP2 par les États francophones qui ont aboli la peine de mort dans leur droit national ; sensibiliser les gouvernements, les parlementaires et les décideurs politiques à adopter les textes législatifs nécessaires ; inciter les États qui se sont engagés à ratifier l’OP2 lors de l’Examen périodique universel (EPU) à mettre en œuvre cet engagement.
  • Approche 3 - Aboutir à la limitation progressive de l’application de la peine de mort par les pays rétentionnistes.
Mener des activités de plaidoyer et de sensibilisation auprès des autorités dans le but de retirer toutes les dispositions figurant dans la législation nationale qui sont en violation du droit international des droits de l’Homme ; œuvrer pour le respect des normes minimales reconnues par l’Organisation des Nations unies, (« crimes les plus graves », catégories de personnes exclues) ; inciter les autorités à commuer les condamnations à la peine de mort en périodes d'emprisonnement, en vue de l'abolition définitive de la peine de mort ; entreprendre des actions de plaidoyer pour l’amélioration des conditions de vie des condamnés à mort. 8 projets ont été retenus en 2016 par le Fonds francophone pour les droits de l'Homme "Martine ANSTETT".    
Lancé en avril 2015, le 9ème appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à la liberté d'expression:
  • Axe 1 Favoriser les espaces de dialogue et promouvoir l’exercice de la liberté d’expression : mener des activités de plaidoyer, de formation et de sensibilisation sur les questions liées à la liberté d’expression, sensibiliser les populations et les décideurs politiques à créer des espaces de dialogue et de consultation, contribuer à une meilleure compréhension des contours de l’exercice de la liberté d’expression et de son articulation avec les autres droits et libertés fondamentaux.
  • Axe 2 Favoriser et démocratiser l’accès à la liberté d’expression : accompagner et encourager l’accès des populations dans leur diversité ethnique, linguistique, sociale, religieuse et de genre au débat public et aux médias, sensibiliser les acteurs médiatiques et institutionnels au pluralisme, soutenir la formation à la production de nouvelles formes de journalisme (par exemple, ateliers d’éducation aux médias, ateliers d’initiation aux pratiques du journalisme et à la production de médias, atelier de formation à la prise de parole en public et de participation dans les médias et plus particulièrement pour les groupes minoritaires et/ou discriminés, activités de sensibilisation auprès des médias pour la diffusion de productions issues des diversités).
  • Axe 3 Encourager la mise en place de cadres juridiques aux niveaux national et international protégeant la liberté d’expression : mener des activités de plaidoyer afin de supprimer les cadres législatifs visant à restreindre la liberté de la presse ou la pénalisation du délit de presse, protéger les journalistes, etc.
8 projets ont été retenus en 2015 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé le 14 janvier 2013, le 7e appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à la lutte contre les violences faites aux femmes :

Les projets devaient porter sur l’un des axes suivants :

  • Axe 1 : Prévention des violences faites aux femmes : plaidoyer auprès de la population, des agents publics et des forces de sécurité, sensibilisation aux instruments internationaux relatifs aux droits des femmes – Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et son protocole additionnel – afin de lutter contre les stéréotypes et contre toutes formes de discrimination à l’égard des femmes.
  • Axe 2 : Assistance aux femmes victimes de violences : soutien psychologique, juridique et matériel, et sensibilisation des acteurs impliqués dans la prise en charge des victimes de violences.
  • Axe 3 : Renforcement du cadre légal de protection des femmes : formation, plaidoyer auprès des autorités pour la création de voies de recours accessibles aux femmes victimes de violences, et pour l’établissement d’un cadre légal sur les violences, etc.

6 projets ont été retenus en 2013 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé le 26 mars 2012, le 6e appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à la participation de la société civile francophone à la lutte contre la torture et les autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants :

Les projets devaient porter sur l’un des axes suivants :

  • Axe 1 : Vulgarisation de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants et du Protocole facultatif s’y rapportant, ainsi que des instruments internationaux ou régionaux, notamment la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples et les Lignes directrices de Robben Island, la Convention interaméricaine pour la répression et la prévention de la torture, la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, etc.
  • Axe 2 : Amélioration des conditions de détention (lutte contre la surpopulation carcérale et les abus en matière de détention préventive, prise en charge des victimes de la torture et traitements inhumains ou dégradants ; modernisation de l’administration pénitentiaire, respect des droits de l’Homme dans les établissements psychiatriques, etc.)
  • Axe 3 : Contribution à la mise en place des Mécanismes nationaux de prévention (MNP) prévus par l’OPCAT, ou de dispositifs d’échange entre ces MNP au niveau sous-régional ou régional (processus de concertation, échange d’expériences etc.).

6 projets ont été retenus en 2012 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé le 8 octobre 2010, le 5e appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à la Déclaration de Bamako :

Les projets devaient porter sur l’un des axes suivants :

  • Axe 1 : L’information et la diffusion de la Déclaration de Bamako et de son plan d’action.
  • Axe 2 : La promotion et la sensibilisation relatives aux dispositions de la Déclaration de  Bamako et du plan d’action sur la paix, la démocratie et les droits de l'Homme.
  • Axe 3 : La formation et l'utilisation de ce texte en vue d'une meilleure appropriation par les Etats, la société civile et la population en général.

8 projets ont été retenus en 2010 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé le 28 avril 2009, le 4e appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à la promotion et à la protection des droits des enfants :

Les projets devaient porter sur l’un des axes suivants :

  • Axe 1 : Contribuer à développer l’information et la sensibilisation relatives aux instruments internationaux pertinents (la Convention relative aux droits de l’enfant, les Protocoles facultatifs à la Convention relative aux droits de l’enfant, la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant).
  • Axe 2 : Mettre l’accent sur l’exploitation des enfants sous toutes ses formes, notamment la « traite des enfants ».

13 projets ont été retenus en 2009 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé en septembre 2007, le 3e appel à propositions du FFIDDHOP était consacré aux propositions visant à la promotion et à la protection des droits des enfants qui constituent l’un des engagements prioritaires de la Francophonie :

Les projets devaient porter sur l’un des axes suivants :

  • Axe 1 : L’information et la sensibilisation relatives aux instruments internationaux pertinents (la Convention relative aux droits de l’enfant, les Protocoles facultatifs à la Convention relative aux droits de l’enfant) concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés, la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant.
  • Axe 2 : Le droit à la protection contre l’exploitation économique.
  • Axe 3 : La protection contre la violence, la maltraitance.
  • Axe 4 : La problématique de la Démobilisation, désarmement et réinsertion(DDR) des enfants soldats.

12 projets ont été retenus en 2007 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé le 8 juin 2006, le 2e appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à l’éducation à la citoyenneté, l’éducation interculturelle et les «Technologies de l’information dans l’éducation» :

9 projets ont été retenus en 2006 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.

Lancé le 1er avril 2005, le 1er appel à propositions du FFIDDHOP était consacré à la réalisation de projets de formations ou de publications didactiques conçus par des organisations de la société civile (OSC) :

8 projets ont été retenus en 2005 par le Fonds francophone pour la démocratie, les droits de l’Homme et la paix.